THE KOOPLES :FEU VERT DE L’AUTORITÉ DE LA CONCURRENCE POUR LE RACHAT PAR MAUS FRERES

THE KOOPLES :FEU VERT DE L’AUTORITÉ DE LA CONCURRENCE POUR LE RACHAT PAR MAUS FRERES

Entre le groupe suisse Maus Frères (Lacoste, Aigle, Gant) et les actuels propriétaires de The Kooples pour une vente de la griffe de mode parisienne a franchi une nouvelle étape. Ce lundi 20 mai, l’Autorité de la concurrence vient en effet de donner son aval à ce rachat.

C’est une acquisition menée tambour battant par Maus Frères. Après cette validation, ce n’est donc plus qu’une question de semaines pour que l’intégration de The Kooples à son portefeuille soit effective. Celle-ci est en effet annoncée avant la fin du premier semestre. Le groupe suisse devrait racheter 100 % des parts détenues aujourd’hui à 80 % par la famille fondatrice Elicha et à 20 % par LBO France.

L’autorité administrative indépendante s’était vue confier le projet d’acquisition à examiner le 17 avril dernier. Elle note dans son compte rendu « The Kooples Group est une société familiale de droit belge (sic), principalement active dans la distribution au détail de vêtements et de chaussures, à travers la marque The Kooples ». « The Kooples Group est présente dans 14 pays (France, Belgique, Suisse, Allemagne, États-Unis, Espagne, Irlande, Royaume-Uni, Danemark, Asie-Pacifique, Canada, Pays-Bas, Luxembourg et Italie). Elle a réalisé, en 2018, un chiffre d’affaires estimé à 227 millions d’euros environ. »

Comparant avec le périmètre du groupe Maus Frères, « dans la distribution au détail de vêtements et de chaussures, à travers les marques Lacoste, Aigle et Gant, au niveau mondial, ainsi que dans le secteur de la distribution d’articles de bricolage en Suisse », elle conclut en estimant que « l’opération n’est pas de nature à porter atteinte à la concurrence ».

Pour le cas où les différentes marques du portefeuille du groupe opéreraient dans les mêmes zones de chalandise, l’autorité « a constaté que, dans chacune de ces zones, les consommateurs continueront à bénéficier d’offres alternatives équivalentes aux marques des parties, en termes de prix et de positionnement commercial (gammes) ». « Ces magasins concurrents demeurent en nombre suffisant pour ne pas inciter  la nouvelle entité à augmenter le prix des articles vendus ou à dégrader la qualité des services rendus dans ses magasins. L’autorité a donc autorisé ce rachat sans conditions », est-il annoncé.

Laisser un commentaire

Fermer le menu