MICKAEL KORS VA PRENDRE LE CONTROLE DE VERSACE

MICKAEL KORS VA PRENDRE LE CONTROLE DE VERSACE

LONDRES, 24 septembre (Reuters) – Le groupe d’accessoires de mode américain Michael Kors a conclu un accord pour prendre le contrôle de la maison de luxe italienne Versace pour plus de deux milliards de dollars (1,7 milliard d’euros), rapportent lundi trois sources au fait des négociations.

Elles ajoutent que l’annonce officielle sera faite cette semaine. Versace n’a pas souhaité commenter cette information.

Dans le cadre de cet accord, le fonds américain Blackstone, qui détient 20% du groupe depuis 2014, en sortira. La famille Versace, qui possède le reste de l’entreprise, continuera à jouer un rôle, ont précisé les sources.

Blackstone s’est refusé à tout commentaire. Le Corriere della Sera avait fait état le premier de la vente imminente de la griffe de luxe. Les rumeurs évoquaient comme acquéreurs potentiels le groupe de mode américain Michael Kors, mais aussi le joaillier Tiffany & Co. Toujours selon le journal italien, Kering avait également étudié le dossier de près, mais aurait estimé le prix d’achat trop élevé.

Michael Kors n’a pas caché son ambition de faire croître son portefeuille de marques haut de gamme après avoir acquis le fabricant de talons aiguilles Jimmy Choo pour 1,2 millard de dollars l’an dernier. Le groupe, dont la marque éponyme est connue mondialement notamment grâce à ses sacs à main bestsellers, n’a pas non plus pu être contacté immédiatement pour commenter.

Après un bon premier trimestre supérieur aux attentes, le groupe a relevé ses prévisions pour l’exercice en cours, et s’attend désormais à généré un chiffre d’affaires de 5,125 milliards de dollars pour 2018/2019, soit 4,355 milliards d’euros, soit une croissance d’environ 7%, et ce bien sûr avant d’intégrer à son périmètre la maison italienne qu’il convoite.

Versace avait envisagé une introduction en Bourse, après l’entrée à son capital à hauteur de 20% du fonds américain Blackstone en 2014, pour financer son développement à l’étranger. Plus tôt cette année, le directeur général Jonathan Akeroyd avait toutefois déclaré à Reuters qu’il n’y avait pas urgence en la matière.

 

Laisser un commentaire

Fermer le menu