H&M EN PLEINE TRANSFORMATION DIGITALE, STOPPE SON CATALOGUE HISTORIQUE

H&M EN PLEINE TRANSFORMATION DIGITALE, STOPPE SON CATALOGUE HISTORIQUE

Engagé dans la transformation de son modèle, surtout sur les plans digital et écoresponsable, le groupe H&M dit aujourd’hui adieu à une de ses activités, que la plupart de ses clients actuels à travers le monde ignorent : son historique catalogue de vente par correspondance va cesser de paraître dans les six pays (Suède, Finlande, Norvège, Pays-Bas, Allemagne et Autriche) où il est expédié depuis 1980.

La raison est simple pour le distributeur scandinave : « Les achats sur catalogue ne sont tout simplement pas pertinents pour les consommateurs d’aujourd’hui », livre-t-il dans un communiqué, en précisant que la dernière parution de cet ouvrage commercial a eu lieu la semaine du 29 avril. Il avait connu ses premières heures il y a 39 ans, suite au rachat par le groupe de l’activité suédoise de vente par correspondance Rowells.

Le groupe ne précise pas quelle part de son activité était générée par ce biais mais celle-ci doit s’être sérieusement amenuisée au fil du temps et des changements de comportement des consommateurs, à l’heure ou l’efficacité sur le plan e-commerce s’avère être le vrai défi d’H&M. Les ventes en ligne du groupe ont représenté 14,5 % de son chiffre d’affaires de l’année 2018 (+22 %), et plusieurs chantiers ont été investis ces dernières années pour rattraper son retard en la matière.  

Elle s’en remet ainsi parfois à des acteurs tiers, en rejoignant des marketplaces, récemment en Inde (partenariats avec Myntra et Jabong), et en testant la commercialisation directement via Instagram aux Etats-Unis ; mais souhaite aussi améliorer ses propres services sur le web : en 2019, la livraison le jour même va être étendue à de nouveaux marchés et le click & collect sera déployé dans une dizaine de nouveaux pays. En outre, H&M a inauguré trois nouveaux entrepôts logistique fin 2018 en Pologne et en Allemagne, tandis que deux nouvelles plateformes sont attendues près de Madrid et au Nord de Londres d’ici un an. Avec l’objectif d’être plus efficace encore côté livraison.

Enfin, cet arrêt de publication fait également sens dans la quête d’écoresponsabilité poursuivie par le géant suédois. « Nous améliorons constamment nos activités afin de réduire notre impact sur l’environnement. Il s’agit d’un travail progressif et c’est maintenant le tour du secteur des catalogues ». Un choix qui fait écho à celui d’autres enseignes qui ont décidé d’arrêter d’imprimer des prospectus, à l’instar de Monoprix en France.


Laisser un commentaire

Fermer le menu