DRIMI.MEN: UN E-SHOP PENSÉ PAR UN STYLISTE POUR LES HOMMES

DRIMI.MEN: UN E-SHOP PENSÉ PAR UN STYLISTE POUR LES HOMMES

Après des études de management à New York, Thomas Vielmas a une idée en tête : lancer un site de vente en ligne de mode pour homme. Mais il ne connaît pas le secteur. Pour l’accompagner, il fait appel à l’agence de conseil digital WAF. Elle le met en relation avec Hervé Vincent, un styliste qui a été notamment chef de produit chez Christian Lacroix, responsable des achats chez Yves Saint-Laurent et responsable de collection chez Nina Ricci. En échangeant avec Thomas Vielmas sur son projet, Hervé Vincent a élaboré sa vision d’un e-shop mode et lifestyle. C’est ainsi que drimi.men a vu le jour. « Durant plusieurs mois, j’ai démarché les marques alors que nous étions inconnus et que nous n’avions pas encore la maquette du site. J’ai surtout essayé de les convaincre en leur disant que nous voulions être sélectifs dans nos choix et proposer, entre autres, trois silhouettes différentes associées à un produit afin de guider nos clients, » explique Hervé Vincent.

Mis en ligne fin février, drimi.men se présente comme un site pensé par des stylistes, ou plutôt un en l’occurrence, à savoir Hervé Vincent, qui endosse aussi pour le moment le rôle de directeur artistique et d‘acheteur. Le site propose ainsi de mettre en valeur un produit à travers trois silhouettes différentes, en faisant un édito sur une référence ou dans des séries mode. A l’heure actuelle, l’e-shop distribue 18 marques dont quatorze de prêt-à-porter. Parmi elles, on trouve les anglaises Far Afield et Hymn et la française North Hill, encore peu distribuées dans l’Hexagone, aux côtés, entre autres, des Ateliers Auguste, Commune de Paris, Editions MR, La Panoplie et Royal Mer.

La sélection compte aussi un label sous le nom de Drimi qui n’est autre que la marque propre du site et décline une ligne de tee-shirts, sweats, bobs, ceintures en tissu wax et bracelets. « Notre ligne nous permet de rendre visible notre logo constitué de trois points qui représentent la lettre « D » en braille. Les ceintures me permettent de compléter les silhouettes avec une touche très colorée que je ne trouvais pas ailleurs au prix très raisonnable de 20 euros », indique Hervé Vincent. A terme, cette ligne est amenée à s’étoffer en fonction de l’inspiration du moment.

Avec un business plan sur cinq ans, drimi.men souhaite se faire un nom et consolider son activité. A moyen terme, le tandem qui le pilote envisage d’ouvrir un magasin à Paris, qui servira à la fois de vitrine et de « petit espace complémentaire de stockage ». Depuis son lancement, le site semble non seulement séduire des clients mais aussi de nouvelles marques qui commencent à le solliciter pour faire partie de la sélection à venir.

Laisser un commentaire

Fermer le menu