NEW LOOK VA SUPPRIMER PRES D’UN MILLIER D’EMPLOIS

NEW LOOK VA SUPPRIMER PRES D’UN MILLIER D’EMPLOIS

New Look a annoncé officiellement le lancement d’une procédure de concordat qui lui permettra de réduire le nombre de ses magasins et ses frais de loyers : près de 1000 emplois sont menacés.

Les rumeurs allaient bon train au sujet de l’enseigne de vêtements depuis quelques mois, depuis que ses ventes et ses bénéfices ont commencé à faiblir ; l’entreprise a dû faire face à des loyers importants – un grand nombre de magasins sont alors devenus moins rentables que par le passé, ou même carrément déficitaires. L’entreprise doit actuellement affronter « des performances commerciales en difficulté et un contexte préoccupant pour la vente au détail ».

L’enseigne britannique lance la procédure dès mercredi, et cherche l’appui de ses créanciers pour établir un plan « d’amélioration de ses performances opérationnelles ».

Comme la rumeur le prédisait, New Look a identifié 60 magasins – parmi ses 593 boutiques britanniques – qui pourraient fermer, ainsi que six emplacements sous-loués à des tiers. La proposition comprend aussi une réduction des coûts des loyers et la révision des conditions du bail pour 393 autres magasins.

Évidemment, des licenciements sont à prévoir dans les magasins qui s’apprêtent à fermer. « 980 collègues parmi le personnel de l’entreprise, qui emploie 15 300 personnes au Royaume-Uni » seraient concernés, selon New Look. « Mais tous les efforts nécessaires seront effectués pour redéployer les collègues là où ce sera possible ».

Jusqu’à l’approbation des créanciers, qui devrait être rendue le 21 mars, tous les magasins britanniques resteront ouverts. Le site e-commerce ne sera pas affecté par les changements proposés.

Qu’en dit Alistair McGeorge, le président exécutif – récemment nommé – de New Look ? « Vu nos performances commerciales et l’immobilier commercial surchargé au Royaume-Uni, nous devons prendre des mesures difficiles mais nécessaires, pour réduire nos frais fixes et revenir sur le chemin de la rentabilité à long terme », a-t-il expliqué.

« Nous avons eu des discussions constructives avec nos principaux propriétaires et partenaires stratégiques, et nous attendons désormais l’accord des créanciers sur notre demande de concordat. Notre priorité, c’est d’informer régulièrement tous nos collègues potentiellement affectés pendant cette période difficile ».

Daniel Butters, du cabinet d’audit Deloitte, associé à cette restructuration, a ajouté : « L’environnement de la vente au détail au Royaume-Uni demeure difficile, en raison d’une baisse de la confiance des consommateurs, des conséquences du Brexit et de la compétition menée par les sites e-commerce ».

« Le concordat fournira une plateforme solide, sur laquelle le plan de redressement élaboré par la direction pourra s’effectuer. Nous avons également beaucoup discuté avec les membres de la British Property Federation : leur opinion se reflète dans ce que nous pensons être une proposition équitable pour restructurer les obligations de l’entreprise sur le plan de la propriété ».

Les magasins menacés de fermeture sont à la fois des boutiques qui distribuent l’ensemble des collections de la marque, ainsi que des magasins réservés au prêt-à-porter masculin. Parmi les emplacements les plus renommés : celui de Marble Arch à Londres, un flagship important, ainsi que celui d’Oxford Circus, et quelques points de vente dans de grands centres commerciaux britanniques.

 

 

Laisser un commentaire

Fermer le menu